Sur le bord du fleuve

Sur le bord du fleuve

J’ai passé la journée de mon anniversaire à m’exercer à écrire. La question du jour était: comment une riche famille anglophone passait les mois d’été en 1898? J’ai hésité entre le Bas Saint-Laurent et Charlevoix. D’un côté ou l’autre du fleuve les riches Canadiens et Américains s’offraient des vacances dans de belles et grandes maisons. Il paraît même que la famille d’un ancien président américain passait ses vacances à Pointe-au-Pic. Ma nostalgie naturelle a englobé plus grand que moi. J’ai bien l’impression que l’écriture de ce roman me propulsera dans les souvenirs profonds du Québec…j’adore!

J’ai surtout constaté que comme dans la chanson de Paul Piché:

L’été, c’est tellement bon quand t’as la chance
D’avoir assez d’argent pour voyager sans t’inquiéter
Pour le fils d’un patron, c’est les vacances
Pour la fille du restaurant, c’est les sueurs pis les clients

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s